Objectifs

PigWatch répond à la demande de bien-être des porcs et vise à développer des mesures pratiques basées sur les animaux afin d’éviter la douleur, la frustration et les états émotionnels négatifs associés au développement des morsures de queue et de l’agressivité chez les porcs à l’engrais. Le projet se focalise sur le développement de mesures prédictives à la ferme et de contrôle à l’abattoir. Premièrement, pour que les éleveurs soient en mesure d’agir rapidement et efficacement pour éviter les problèmes, il est essentiel qu’ils puissent anticiper les comportements préjudiciables. Cela permettra de prendre des mesures correctrices avant que le problème ne s’agrave. Deuxièmement, des définitions communes des comportements préjudiciables et des méthodes de surveillance communes sont nécessaires pour évaluer l’incidence des problèmes de comportement dans les exploitations agricoles et aussi pour aider à quantifier l’efficacité des mesures correctrices appliquées au fil du temps.

Par conséquent, PigWatch apportera :

  • différentes méthodes de détection des signaux d’alerte précoces pour les éleveurs, afin de les aider à prévenir l’incidence des morsures de queue et des agressions et y remédier.
  • des données recueillies régulièrement à l’abattoir sur l’état de la queue et les lésions afin de permettre un étalonnage de leur incidence et d’apporter des solutions pour les exploitations présentant des incidences relativement élevées de problèmes.

La proposition est axée sur la participation des éleveurs de porcs par le biais de groupes de discussion. Ces groupes contribueront à l’identification des contraintes pratiques et des solutions potentielles dès le début du projet. Ils suivront les progrès et fourniront des conseils pendant la phase de développement. Enfin, ils mettront à l’essai les outils sur une longue période de temps en se servant des résultats pour cerner les problèmes de comportements préjudiciables et y remédier.
PigWatch développera

  1. des groupes de discussion d’agriculteurs, reliés les uns aux autres par un réseau international
  2. des méthodes automatisées à la ferme et un protocole d’observation par l’éleveur permettant aux agriculteurs d’anticiper l’incidence de comportements négatifs, et
  3. 3. un système de détection des lésions à l’abattoir.